Les Télétravailleurs Sabotent Involontairement leur Sécurité

Les Télétravailleurs Sabotent Involontairement leur Sécurité

En quittant son domicile, on ne laisse pas la porte ouverte, alors pourquoi traitons-nous nos ordinateurs différemment ?

Entre la cybersécurité et la commodité, la plupart des télétravailleurs choisissent cette dernière option, ce qui les expose, eux et leur entreprise, à des risques de cyberattaque dont les conséquences sont le plus souvent préjudiciables.

les télétravailleurs sabotent leur propre sécurité
Les télétravailleurs sabotent leur propre sécurité

C’est ce qu’indique un nouveau rapport de la société de cybersécurité SailPoint, selon lequel les télétravailleurs sabotent leur propre sécurité en ligne de différentes manières.

En premier lieu, beaucoup utilisent les mêmes terminaux pour leurs activités privées ou professionnelles. Certains passent jusqu’à 13 heures par jour en ligne, afin de rester le plus connecté possible et de répondre rapidement aux courriels et autres demandes professionnelles. Lorsqu’ils ne travaillent pas, la majorité des télétravailleurs utilisent les terminaux de l’entreprise pour faire des achats en ligne, réseauter, consulter les actualités ou lire leur courriels personnels.

Mais ceci est loin d’être leur seul péché. Beaucoup utilisent les mêmes mots de passe pour différents services, ce qui signifie que si l’un des services venait à être piraté, les autres comptes représenteraient alors des cibles faciles pour les hackers.

Pour aggraver les choses, de nombreuses personnes changent rarement leurs mots de passe et les partagent souvent avec d’autres personnes (le plus souvent leur conjoint).

Enfin, plus d’un tiers (41 %) utilisent des réseaux Wi-Fi publics non sécurisés lorsqu’ils travaillent, et une proportion encore plus importante (44 %) utilisent ces connexions lorsqu’ils surfent pour leurs besoins personnels.

réseaux Wi-Fi publics
réseaux Wi-Fi publics

 « Personne n’oublie de fermer la porte à clé en quittant son domicile, et vous n’invitez jamais un étranger à entrer pour boire un café. Pourquoi traitons-nous différemment nos espaces de travail numériques, tant personnels que professionnels ? s’interroge Stephen Bradford, SVP EMEA chez SailPoint.

Les entreprises doivent s’attaquer dès à présent à cette problématique avant que celle-ci ne les dépasse, en renforçant leurs défenses en matière de cybersécurité et en offrant une solide formation à leur personnel. »

Les commentaires sont clos.